Le dôme de régulation de pression de la pompe Ahrens-Fox


Une voiture d’incendie Ahrens-Fox est une véritable œuvre d’art ! Carrosserie ouverte, éléments hydrauliques apparents, marquages décoratifs, chromes étincelants…. On l’a souvent baptisée la Rolls-Royce des engins d’incendie !
La pompe est située à l’avant du moteur et porte à son sommet un dôme sphérique qui est devenu l’élément caractéristique de ces voitures. Les heureux propriétaires collectionneurs de ces engins ne manquent pas de faire briller ce dôme lors des regroupements d’amateurs de véhicules anciens. Mais quelle en était la fonction ?

La pompe à piston

Un engin d’incendie Ahrens-Fox met en œuvre une pompe à pistons. Cette dernière fonctionne comme une seringue médicale qui, elle aussi, utilise un piston. Lorsqu’on le tire il aspire un fluide et lorsqu’on le repousse dans l’autre direction il redirige ce fluide en pression vers l’aiguille. De la même façon le piston d’une pompe à incendie se déplace dans un sens en aspirant l’eau depuis l’orifice d’alimentation et repousse cette même eau vers la lance à incendie lorsqu’il se déplace dans l’autre direction. Un jeu de valves permet de laisser passer l’eau dans un sens et pas dans l’autre.

Lorsque piston est en phase de poussée il alimente la lance mais lorsque qu’il repasse en phase d’aspiration on assiste à une chute de pression en sortie de pompe et donc à une interruption du jet en sortie de lance. Ainsi au gré des phases alternatives du piston, le jet est saccadé, ce qui nuit évidemment à son efficacité.

Une première solution pour obtenir un jet continu a été le piston à double effet. Lorsqu’il aspire d’un côté il pousse de l’autre et inversement. Mais le jet reste saccadé, même si le mouvement du piston est rapide car il y a toujours une chute de pression chaque fois que ce dernier change de direction.

Une autre solution a été de multiplier les pistons. Quand un piston aspire, l’autre refoule et ce de manière alternative. On peut ainsi multiplier le nombre de pistons pour minimiser la chute de pression mais elle se produit immanquablement.

Le dôme de régulation

Pour l’obtention d’une pression de sortie constante, et donc d’un jet continu, Arhens-fox utilise pour ses pompes un dôme de régulation de pression (ou sphère d’air).

Lorsque le piston refoule l’eau, une partie est dirigée vers un dôme sphérique rempli d’air. L’eau entrant en pression comprime cet air (les fluides sont incompressibles sauf à haute pression). Cette eau sera relâchée en pression dans le circuit, et donc vers la lance, chaque fois que le mouvement alternatif des pistons crée un déficit de pression. Ainsi la pression en sortie de lance est régulée et le jet devient régulier…

Jusqu’en 1923 le dôme est constitué d’une seule pièce formée manuellement par des chaudronniers. Puis il sera constitué de deux parties scellées par un ruban central.

Ce dôme est devenue l’élément caractéristique des voitures d’incendie Ahrens-Fox, réputées être de grande qualité, d’une belle esthétique, puissantes et d’une grande longévité. Les heureux propriétaires collectionneurs de ces voitures ne manquent pas de faire briller leurs chromes lors des regroupements d’amateurs de véhicules anciens.

Un dispositif analogue, mais vertical et cylindrique, se trouve à l’avant du dôme et joue le même rôle lorsque l’engin est alimenté en pression, par exemple par un poteau à incendie.

Ahrens-Fox a arrêté de produire des engins-pompes avec pompes à pistons en 1952.

Une collection de photographies