Le bombardier d’eau Fokker F27-600 de la Sécurité civile (1986 – 2004)


Le premier Fokker F27-600 bombardier d’eau arrive en France au sein de la Sécurité civile en 1986. Les Douglas DC-6B sont alors en fin de service et on envisage leur remplacement, le concept hélicoptère bombardier d’eau (HBE) est testé…

L’appareil Fokker F27-600

Le Fokker F27 est un avion à turbopropulseurs, de type court courrier,  conçu par le constructeur néerlandais Fokker1Fokker est devenu un  équipementier aéronautique et ne construit plus d’avions depuis 1996. dans les années 1950 pour succéder au Douglas DC-3. Le premier F27 est livré à la compagnie irlandaise Aer Lingus  en 1958.

Il est long de près 23 mètres, avec une envergure de 29 mètres. Il est propulsé par deux turbopropulseurs Rolls-Royce.

Le Fokker F27 bombardier d’eau

Badge promotionnel pour le bombardier d'eau Firefighter de Conair à partir du Fokker F27-600
Badge promotionnel pour le bombardier d'eau Firefighter de Conair à partir du Fokker F27-600

Testé par la Sécurité civile à partir de 1986 il a été en concurrence avec le HS.748 , construit par Hawker Siddeley Aviation Ltd. et modifié par Macavia, qui a assuré plusieurs saisons feux en 1987, puis de 1988 à 19902L’unique appareil HS.748 testé fût finalement abandonné sur l’aéroport de Châteauroux puis ferraillé en 1998, Macavia ayant cessé ses activités. avant que le choix se porte finalement sur le Fokker F27.

Les appareils mis en service par la Sécurité civile ont été transformés par Conair3Conair Aircraft Firefighting est une compagnie canadienne, située en Colombie Britannique, qui convertit depuis 1969 des aéronefs en avions de lutte contre les incendies et d’intervention d’urgence. Elle fournit la Sécurité civile française depuis plus de 30 ans. en bombardiers d’eau. Ils sont classés en bombardiers d’eau moyens avec un réservoir ventral d’une capacité de 6 365 litres en huit compartiments en largage modulable. Le remplissage de leurs soutes s’effectue au sol.

Avec leur vitesse de croisière élevée et à leurs turbines qui ne nécessitent qu’un temps de chauffe réduit et une montée à l’altitude de croisière, on confie aux Fokker les missions de première intervention lointaines.

La Sécurité civile engage souvent les Fokker en guet armé qui consiste à mettre en vol un bombardier d’eau armé avec sa  charge et à le faire
parcourir  un circuit  déterminé par les données météorologiques et les risques par zone géographique.  Cette stratégie d’emploi préventive est, en général, confiée aux appareils ravitaillant à terre, rapides, capables de tenir l’air plus de trois heures : DC-6, Tracker et donc Fokker et quelquefois Canadair en zones côtières compte tenu de leurs capacités d’écopage.

Avec le Fokker F27  la Sécurité Civile cherche également à se doter d’un avion polyvalent pouvant être engagé sur des missions logistiques puisqu’ils conservent la possibilité d’aménagement en transport de passagers, de fret.

Ils peuvent être également engagés sur des missions de lutte contre contre la pollution maritime avec une possibilité d’épandage d’agents dispersants.

L’arrivée des Fokker F27 à la base avions de la Sécurité civile de Marignane

Le premier arrivé: Fokker F27-600 C-GSFS
Le premier arrivé: Fokker F27-600 C-GSFS

Le premier arrivé est loué à Conair et se pose sur le tarmac de la Base avions de la Sécurité civile de Marignane (BASC) en septembre 1986. Il est immatriculé C-GSFS et porte encore l’indicatif Conair 627 d’où le marquage 27 sur son empennage. Acquis en 1985 par Conair il avait antérieurement servi au sein de la Nigerian Airways (1976 – 1983) après un passage dans l’armée de l’air du Niger.

Il se crashe malheureusement lors d’un largage en septembre 1989 à Laval-Pradel dans le Gard avec perte de son équipage, Maurice Nogier et Ralph Boulton. Une stèle a été inaugurée au hameau des Roches en hommage à ces deux pilotes.

Un second Fokker arrive en 1990, Conair 628, immatriculé C-FGDS puis F-ZBFF.  Construit en 1970 il avait été racheté par la Conair en 1989 à la compagnie aérienne danoise Alkair Flight Operations qui l’exploitait sur ses lignes sous l’immatriculation OY-CCM. Il porte le marquage conair 28 sur son empenage puis 72 quand il deviandra Pélican 72, inaugurant ainsi la série des 7. La série des 6 était portée par les bombardiers Douglas DC6 et la série des 8 sera portée par les bombardiers Hercules C-130.

Un troisième arrive enfin la même année, immatriculé F-ZBFG. Il devient Pélican 71. Il avait été livré en 1970 à la compagnie aérienne australienne Trans Australia Airlines (immatriculation VH-TQR) et retiré en 1988 pour être vendu à la Conair avec laquelle il a porté l’immatriculation C-FBDY .

Après près de seize saisons feux le dernier vol d’un Fokker pour la Sécurité civile est effectué en septembre 2004. Les deux appareils seront ferraillés peu de temps après.

Les Fokker seront remplacés par des Dash 8 dont le premier portera logiquement l’indicatif 73.

Une collection de photographies

Notes   [ + ]

1. Fokker est devenu un  équipementier aéronautique et ne construit plus d’avions depuis 1996.
2. L’unique appareil HS.748 testé fût finalement abandonné sur l’aéroport de Châteauroux puis ferraillé en 1998, Macavia ayant cessé ses activités.
3. Conair Aircraft Firefighting est une compagnie canadienne, située en Colombie Britannique, qui convertit depuis 1969 des aéronefs en avions de lutte contre les incendies et d’intervention d’urgence. Elle fournit la Sécurité civile française depuis plus de 30 ans.