Le bombardier d’eau Hercules C-130 de la Sécurité civile (1990-2000)

A la fin des années 1980 se pose la question du remplacement de la flotte des bombardiers d’eau Douglas DC-6B. Les deux derniers en service sont démobilisés en juillet 1989. Les équipages de la Base avions de la Sécurité civile à Marignane (BASC) tiennent beaucoup au maintien de cette force de frappe lourde qui permet une riposte massive en un minimum de temps. C’est le Lockheed C-130 Hercules qui est retenu.

Le C-130 Hercules

Un Lockheed C-130 Hercules de l'Armée de l'air des Etats-Unis

Un Lockheed C-130 Hercules de l’Armée de l’air des États-Unis. Source U.S. Air Force

Sans doute le plus célèbre avion de transport militaire d’après-guerre le Lockheed C-130 Hercules a été conçu au début des années 1950 pour répondre aux besoins de mobilités de l’US Air Force. C’est un véritable couteau-suisse des cieux capable de réaliser bien d’autres missions. Des versions spécifiques d’appui tactique rapproché AC-130 Spectre, de guerre électronique et psychologique EC-130 Commando Solo, de recherches et sauvetages à long rayon d’action HC-130 Combat King, ou encore d’infiltrations et d’exfiltrations de forces spéciales MC-130 Combat Talon ont été développées. Il existe même des DC-130 dont la mission est de lancer et de guider des drones cibles. Des C-130 Hercules ont aussi été vendus sur le marché civil sous la désignation L-100.
Il faut savoir que plus de soixante pays dans le monde utilisent encore militairement cet avion qui est produit depuis 1999 sous la désignation de C-130J Super Hercules par l’avionneur américain Lockheed Martin. En France l’Armée de l’Air met en œuvre des C-130H/C-130H-30 d’ancienne génération et des C-130J/KC-130J de nouvelle génération. Le KC-130J est un avion de ravitaillement en vol, pouvant délivrer du carburant aussi bien aux avions de combat comme le Mirage 2000 ou le Rafale de Dassault Aviation autant qu’à des hélicoptères dotés d’une perche, tels les Eurocopter EC725 Caracal.
La carrière de l’Hercules comme bombardier d’eau a réellement débuté au milieu des années 1970 avec de vieux C-130A et C-130B déclassés par les forces aériennes américaines. Actuellement d’ailleurs l’US Air Force emploie certains exemplaires de l’US Air National Guard pour des missions de lutte anti-incendie, principalement en Arizona, Californie, et dans l’état de Washington.
Plus de 3000 Lockheed C-130 Hercules ont été produits, et encore uniquement dans les versions de transports militaires et civils (Source Arnaud LAMBERT).

Dimensions
Longueur 29,9 m
Envergure 40,45 m
Hauteur 12 m
Surface alaire 162,12 m2
Performances
Motorisation Quatre moteurs T56A9 Allison
Puissance 4 x 2 800 kW
Vitesse de croisière maxi 445 km/h
Autonomie 4 787 km
Distance de décollage 1067 m

Le C-130 Hercules et la Sécurité civile

Bombardier d'eau Lockheed C-130 Hercules, N131FF, Pélican 81, Sécurité civile, 1991-1992

Bombardier d’eau Lockheed C-130 Hercules, N131FF, Pélican 81, Sécurité civile, 1991-1992. Photo Hervé LE GAL

En prévision donc du remplacement des deux derniers Douglas DC-6B la Sécurité civile teste divers appareils :

  • Le Transall, appareil français, jugé peu compatible avec l’adjonction d’un système de largage efficient,
  • le Lockheed Electra à la cellule fatiguée,
  • le Lockheed P3C à la charge largable trop faible,
  • l’Illyouchine IL-76 avec son emport de 32 000 litres !
  • le Macavia Hawker Siddeley 748 dont le système de largage ne convainc pas.

Le Lockheed Hercules C-130 se révèle un candidat sérieux et en 1990 un appareil est loué à la société américaine Hemet Valley Flying Services. Il arrive à la Base avions de Marignane en juillet 1990. Il porte l’immatriculation américaine N135FF. Il va servir pendant deux saisons feux sous l’indicatif Pélican 82.
Il est rejoint en juillet 1991, pour deus saisons feux par Pélican 81, loué lui aussi à Hemet Valley Flying Services, sous le registre américain N131FF.

Le retrait de Pélican 82 N135FF s’effectue en septembre 1991 et il est remplacé, en juillet 1992, par le C-130 N116TG loué cette fois à T&G (suite à la disparition de Hemet Valley Flying Services) qui va servir avec le même indicatif jusqu’en octobre 1992.

En juillet 1993 arrive le nouveau Pélican 81, immatriculé N117TG, loué lui aussi à T&G. Il volera pour la Sécurité civile jusqu’en septembre 1996 et sera reconduit en 1998.

N116TG et N117TG intégraient un nouveau système de largage.

Ces appareils peuvent charger plus de 12 000 litres de retardant dans une soute amovible située dans le cargo. La durée de remplissage au sol est d’environ 6 minutes et s’effectue grâce à un 1/2 raccord de 100 mm. Le largage s’effectue avec un débit constant.

En septembre 2000 Pélican 82 N116TG s’écrase près du village de Burzet (Ardèche) tuant le copilote français, un mécanicien américain et blessant le pilote commandant de bord et le second mécanicien, tous deux de nationalité américaine.

À la suite de cet accident les locations n’ont pas été reconduites et le projet d’achat de C-130 a été définitivement annulé.

Illustrations

Indicatif radio Immatriculation Service Image
Pélican 82 N135FF 1990-1991
Pélican 81 N131FF 1991-1992
Pélican 82 N116TG 1992-1996, 1998-2000
Pélican 81 N117TG 1993-1996

Une collection de photographies…